HANOUCCAH

HANOUCCAH

HANNOUCAH est une fête juive qui marque une importante victoire militaire des Maccabées et symbolise la résistance spirituelle du judaïsme à l'assimilation grecque.

Selon la tradition rabbinique, au cours de cette consécration se produit le miracle de la fiole d'huile, permettant aux prêtres du Temple de faire brûler pendant huit jours une quantité d'huile à peine suffisante pour une journée. C'est pourquoi Hanoucca est aussi appelée la Fête des Lumières.

Elle est célébrée à partir du 25 kislev et dure huit jours.

Les pratiques et coutumes qui s'y rattachent sont liées au miracle de la fiole d'huile, en particulier l'allumage du chandelier à neuf branches de Hanoucca pendant les huit jours de la fête et la consommation de friandises à base d'huile d'olive (latkessoufganiyot, etc.). On y joue aussi avec des toupies à quatre faces.

L'allumage des bougies de Hanoucca

L'allumage de lumières au soir des huit jours de la fête est son seul rite caractéristique. Il commémore le miracle de la fiole d'huile.

Il se fait dans un chandelier spécial appelé Hanikke Leuchter ou Hanikke Menora en yiddish et hanoukkia en hébreu.
La forme de ce chandelier évoque souvent celle de la menora du Temple mais elle comporte huit branches, outre une branche particulière, appelée shamash ou shammes (« serviteur »). C'est avec le shamash qu'on allume les autres lumières du chandelier de Hanoucca38.

Bien que toute huile et toute mèche conviennent, il est préférable d'utiliser de l'huile d'olive et des mèches de laine, en souvenir du Temple de Jérusalem39.

Le jeu des toupies

L'une des coutumes populaires de Hanoucca est un jeu de hasard pratiqué avec une toupie à quatre faces, appelée draydel en yiddish et sevivon en hébreu, dont la mise est généralement une friandise. Chaque face de ces toupies est frappée d'une lettre hébraïque selon l'ordre נגהש (noun-guimel-hei-chin), qui signifieraient selon une étymologie populaire Nes gadol haya cham (« un grand miracle a eu lieu là-bas » ; « là-bas » désigne la terre d'Israël) ; c'est en vertu de cette étymologie que dans les sevivonim destinés à la commercialisation en Israël, le chin est
remplacé par un , devenant Nes gadol haya po (« un grand miracle a eu lieu ici »).
Mets de Hanoucca[
Il est de coutume, afin de publier le miracle de la fiole, de consommer à Hanoucca des plats frits dans de l'huile d'olive.

Les plus connus dans le monde ashkénaze sont les beignets de pomme de terre (yiddish : latkes, hébreu : levivot « beignets ») et les soufganiyotpâtisseries à l'huile fourrées le plus souvent à la confiture. Il s'agit en vérité de plats d'origine polonaise, les plackis et pączkis respectivement.

Les séfarades mangent des bimuelos, autre type de beignet frit à l'huile.

Certains consomment des laitages, en souvenir de Judith qui, afin d'occire le général Holopherne, lui aurait donné des plats de fromage pour qu'il ait soif, boive du vin, s'enivre et s'endorme.

IMAGE : Par Adiel lo — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Posté le 27/11/2019 Accueil, Cacher 66

Blog catégories

Blog recherche